Yahoo cherche à entrer dans le domaine des sports virtuels

Le pari sur les sports virtuels est l'un des plus gros marchés émergeants de l'univers du pari en ligne, et Yahoo cherche à obtenir sa part du gâteau.

Où que vous vous tourniez de nos jours, vous verrez des publicités, des tournois ou des cadeaux ayant rapport au pari sur les sports virtuels. Aux États-Unis en particulier, le pari sur les sports virtuels est l'un des seuls types de pari en ligne autorisé et approuvé par la loi fédérale (l'UIGEA). Toutefois il est intéressant de constater que le pari sur les sports ordinaires est le seul qui soit interdit par la même loi fédérale (dans le Wire Act). Yahoo veut faire son entrée dans le domaine des paris sur les sports virtuels, et la compagnie cherche à mettre à profit sa base de lecteurs déjà acquise pour transformer cela en quelque chose d'énorme.

Campagne publicitaire de détresse

La vérité c'est que Yahoo cherche différents moyens pour améliorer son standing après que sa plateforme publicitaire ait pris un sacré plomb dans l'aile. Les affaires n'ont pas bien marché pour la compagnie depuis déjà un certain nombre d'années, et elle compte sur les sports virtuels pour redresser la barre. Avec le nombre élevé de paris sur les sports virtuels placés chaque jour, on peut difficilement dire que la société se trompe en misant dessus, mais il sera intéressant de voir si elle peut réussir à mettre en œuvre quelque chose qui se démarquera de ce qui est proposé par des compagnies concurrentes déjà bien établies.

Actifs existants

Yahoo enregistre la visite d'un grand nombre de lecteurs sportifs chaque jour. Des millions de personnes utilisent ses services pour les échanges de mail, les recherches, les actualités sportives ainsi que d'autres informations, et en mettant un accent particulier sur les sports, la société espère inciter plusieurs de ces personnes à pratiquer les sports virtuels. Avec une nouvelle application, Daily Fantasy, cette marque cherche à générer plus de revenus auprès des utilisateurs d'appareils mobiles, et ce sera la première fois qu'elle aura essayé cela sans faire de publicités.

Cela fonctionnera t-il ?

Il est difficile de dire si la toute dernière incursion de Yahoo dans le pari sur les sports virtuels lui portera succès. La compagnie possède déjà un large public dans le monde du sport qu'elle peut mettre à profit, et bien que cela lui donnera un avantage initial, elle aura également à gérer le fait qu'elle soit entrée relativement tard dans la course derrière des concurrents comme FanDuel et DraftKings. Il est néanmoins toujours bon pour les joueurs de disposer de plusieurs options, et tout ce qui alimente la concurrence sera bénéfique pour le secteur dans son ensemble.

Yahoo cherche à entrer dans le domaine des sports virtuels

Le pari sur les sports virtuels est l'un des plus gros marchés émergeants de l'univers du pari en ligne, et Yahoo cherche à obtenir sa part du gâteau.

Où que vous vous tourniez de nos jours, vous verrez des publicités, des tournois ou des cadeaux ayant rapport au pari sur les sports virtuels. Aux États-Unis en particulier, le pari sur les sports virtuels est l'un des seuls types de pari en ligne autorisé et approuvé par la loi fédérale (l'UIGEA). Toutefois il est intéressant de constater que le pari sur les sports ordinaires est le seul qui soit interdit par la même loi fédérale (dans le Wire Act). Yahoo veut faire son entrée dans le domaine des paris sur les sports virtuels, et la compagnie cherche à mettre à profit sa base de lecteurs déjà acquise pour transformer cela en quelque chose d'énorme.

Campagne publicitaire de détresse

La vérité c'est que Yahoo cherche différents moyens pour améliorer son standing après que sa plateforme publicitaire ait pris un sacré plomb dans l'aile. Les affaires n'ont pas bien marché pour la compagnie depuis déjà un certain nombre d'années, et elle compte sur les sports virtuels pour redresser la barre. Avec le nombre élevé de paris sur les sports virtuels placés chaque jour, on peut difficilement dire que la société se trompe en misant dessus, mais il sera intéressant de voir si elle peut réussir à mettre en œuvre quelque chose qui se démarquera de ce qui est proposé par des compagnies concurrentes déjà bien établies.

Actifs existants

Yahoo enregistre la visite d'un grand nombre de lecteurs sportifs chaque jour. Des millions de personnes utilisent ses services pour les échanges de mail, les recherches, les actualités sportives ainsi que d'autres informations, et en mettant un accent particulier sur les sports, la société espère inciter plusieurs de ces personnes à pratiquer les sports virtuels. Avec une nouvelle application, Daily Fantasy, cette marque cherche à générer plus de revenus auprès des utilisateurs d'appareils mobiles, et ce sera la première fois qu'elle aura essayé cela sans faire de publicités.

Cela fonctionnera t-il ?

Il est difficile de dire si la toute dernière incursion de Yahoo dans le pari sur les sports virtuels lui portera succès. La compagnie possède déjà un large public dans le monde du sport qu'elle peut mettre à profit, et bien que cela lui donnera un avantage initial, elle aura également à gérer le fait qu'elle soit entrée relativement tard dans la course derrière des concurrents comme FanDuel et DraftKings. Il est néanmoins toujours bon pour les joueurs de disposer de plusieurs options, et tout ce qui alimente la concurrence sera bénéfique pour le secteur dans son ensemble.

Machines à sous populaires